Le cancer de testicule touche bien évidemment les hommes. En outre, ce cancer ne représenterait que 1 à 2% des cancers qu’on retrouve chez les hommes.

 

Pourtant, le cancer de testicule touche majoritairement les hommes âgés de 15 à 35 ans. Malgré toutes les précautions envisageables et mis sur pied par certains gouvernements, on constate une augmentation significative de 60% en 25 ans.

 

Il existe trois types de cancer de testicule : la séminome, le tératocarcinome et le carinome embryonnaire. Toutes ces formes de cancer de testicule ne constituent pas toutefois des complications majeures qui risquent de retarder la guérison.

 

En fait, le taux de guérison est assez élevé, près de 90% des cas après un traitement approprié.

 

Prévention du cancer de testicule

 

Comme toute maladie cancéreuse, l’augmentation des pourcentages de guérison est proportionnelle avec un diagnostic précoce afin d’éviter des complications dues aux cellules cancérigènes.

 

L’auto dépistage

 

L’auto dépistage constitue la méthode souvent évoquée aux patients et, en cas de doute, on procède à des examens supplémentaires.

 

C’est une méthode taboue à évoquer chez les hommes alors que l’auto dépistage peut sauver beaucoup d’individus s’ils prenaient l’occasion de palper au moins une fois par mois leurs testicules pour vérifier une petite bosse très dure sur les testicules.

 

C’est une méthode à prendre au sérieux car en cas de signes d’alerte, ce petit geste vous permet de consulter votre médecin qui vous fera subir des examens échographiques pour s’assurer de l’effectivité de la présence du cancer de testicule. Elle ressemble un peu à l’auto palpation du sein chez la femme pour détecter le cancer du sein.

 

Des chercheurs suédois ont mis au point une technique permettant de dépister assez tôt le cancer de testicule avant l’apparition des premiers symptômes.

 

La communauté scientifique fonde de grands espoirs sur cette nouvelle technique encore à l’étude. Wait and see.

 

Symptômes et traitement du cancer du testicule

 

Habituellement, l’apparition des premiers symptômes est: les douleurs testiculaires, une augmentation indolore de votre testicule.

 

Certains praticiens recommandent à leurs patients de palper occasionnellement leurs testicules à la recherche d’une telle bosse qui permettra de procéder à des résultats complémentaires, si ces anomalies sont avérées. 

Dans l’attente de nouvelles formes de traitement moins contraignant pour le patient, les cancérologues ont recours à l’ablation du testicule cancéreux appelée orchidectomie.

 

Ceci permet d’éviter la propagation des ganglions lymphatiques. Le recours à la chimiothérapie et à la radiothérapie sont utilisées si nécessaire. Quoi qu’il en soit, le traitement soumis aux patients permet un taux de guérison assez élevé malgré l’augmentation des cas de cancers de testicule.